Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Barrez la Difference-leblog

Lettre ouverte de Philippe Croizon au premier ministre!

3 Septembre 2013, 09:53am

Publié par Association Barrez la Différence

Le coup de gueule de Philippe!

Bonjour les amis,
Voici la lettre, envoyée au premier ministre :
À vous de voir, pour commenter et partager…

Monsieur le Premier Ministre,

Suite à la mésaventure du vol de mon fauteuil roulant, beaucoup de Français m’ont écrit pour témoigner de leur désarroi concernant leur handicap, leur
Impuissance face à l'administration, leur désarroi concernant le modique remboursement de leur fauteuil par la sécurité sociale.

Depuis les expéditions que j'ai menées sur les cinq continents, je voyage beaucoup à travers la France et à l'étranger, pour des conférences, des séminaires, des congrès sur la question du handicap. Je me déplace dans les entreprises, les écoles, les universités et municipalités pour rassurer mes compagnons d'infortune et faire évoluer les mentalités sur le handicap.

A chaque fois, je fais le même constat: peur et incompréhension -par méconnaissance du monde du handicap- des personnes valides face à celles en situation de handicap.
À chaque fois Monsieur le Premier Ministre, des personnes viennent me raconter leurs difficultés pour vivre avec leur handicap dans notre société.

Le constat est douloureux: 224 ans après la révolution française, une partie des citoyens de notre pays demande toujours trois choses :

LA LIBERTE : liberté de se déplacer, liberté d'accéder à tous les lieux publics.

L’EGALITE : l'accès à l'école pour tous, l'accès à la formation, l'accès à l'emploi.

LA FRATERNITE : la fraternité avec un revenu décent, la fraternité d'avoir des remboursements adéquats sur les matériels qui permettent de retrouver une autonomie et par la même une dignité.

La loi du 5 février 2005 fut, à sa création une loi ambitieuse, mais qui n'a malheureusement pas été suivie d'un accompagnement et d'une mobilisation politique à la hauteur.
Aujourd'hui il faut une vraie volonté politique de l’exécutif pour donner aux acteurs de terrain la possibilité d’appliquer réellement ce texte.

A cet effet, il me semble urgent de mettre en place une campagne nationale, une politique d'information massive qui aiderait aux changements des mentalités sur cette question.

Je fais un rêve

Je rêve d’une société où la personne en situation de handicap ne se posera plus ces questions :

Puis-je aller au cinéma ?
Puis-je aller faire mes courses ?
Puis-je emprunter les transports collectifs ?
Puis-je aller vers le monde de l’emploi ?

Je rêve que la personne en situation de handicap puisse se dire :

Je vais au cinéma !
Je vais faire mes courses !
Je vais emprunter les transports collectifs !
Je me dirige vers le monde de l’emploi avec mes compétences acquises pendant toute ma formation scolaire sans aucune crainte puisqu’à l’égal de tous !

Il faut aider, accompagner, orienter les entreprises pour mettre en place des formations en faveur des personnes en situation de handicap afin de leur permettre de trouver les compétences dont elles ont besoin dans la vie active (formation sur plusieurs années, exemples : ingénieurs informatique, des chefs de projets, des profs, des régisseurs, des graphistes, des techniciens etc. etc.)

Je rêve que le handicap ne soit plus stigmatisé comme une incapacité à produire ou à faire.

Je rêve d’une exonération de toutes charges patronales pendant un an pour l’embauche d’une personne en situation de handicap et ainsi favoriser le rapprochement de ces soi-disant deux mondes !
Ce qui permettrait aux entreprises frileuses, à ceux qui ont peur de l’inconnu, de se rencontrer et ainsi éradiquer les peurs qui existent des deux côtés.

Je rêve que sur ces sujets, mon pays soit montré en exemple dans le monde entier comme il l’est pour les droits de l’homme.
Je rêve ? NON ! Nous rêvons de cette société.

Les personnes en situation de handicap veulent être actrices et productives pour notre société et non continuer à vivre, pour une trop grande partie d'entre elles dans le confinement d'une vie sans espoir et sous le seuil de pauvreté.

Mais il ne tient qu’à nous tous que ce rêve devienne réalité.

Je vous demande, nous vous demandons solennellement M. le Premier Ministre, de proposer à M. le Président de la République que le handicap soit érigé en cause nationale en 2014 ou 2015.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, mes sincères et respectueuses salutations.

Philippe CROIZON

Commenter cet article